Blog W-F-H-M-Online Articles marketing, e-commerce, référencement et ses optimisations mais aussi le développement personnel

28.4.2014

Landing page

Filed under: Glossaire marketing — Mélanie OUEDRAOGO @ 19:57

Ajouter à vos favoris

Join the conversation



Accueil
w-f-h-m-o

 

Aller au Glossare marketing


Glossaire Marketing – Définition de la Landing page
Terminologie Définition
Landing page

Il s’agit de la page d’attérrissage appelée aussi page d’entrée de l’internaute sur une site web ou encore page de destination du lien. Autrement dit c’est la page sur laquelle arrive en premier l’internaute lorsqu’il clique sur un lien externe ou lien entrant d’un site web ou encore sur un lien contenu dans un e-mail commercial ou une newsletter.

La landing page est donc un élément important en marketinng puisque c’est cette page que le visiteur va visualiser en premier. Elle doit par conséquent être optimisée afin de transformer le premier clic de l’internaute en action une fois sur le site (achat). Action voulue ou attendue par le site d’e-commerce, le webmaster ou le bloggueur. De telles pages doivent donc être optimisées afin de favoriser la transformation du visiteur en prospect ou en client. En marketing on a recours des outils d’analyse, que sont les tests, afin de déterminer l’efficacité de telles pages web.
A partir d’une page initiale, sont créées deux autres versions ou plus dont on va en mesurer l’impact sur les internautes, par rapport au résultat de la page de base. C’est le test A/B qui par la modification du contenu ou du visuel de la page aide à choisir (au moyen d’analyses logicielles en ligne – vous pouvez réaliser avec Adobe.com des tests A/B de page d’entrée) entre deux versions d’une même page celle à même d’optimiser le taux de conversion pour un meilleur chiffre d’affiaires.

Des variantes à ce type de tests existent, ce sont:
Le test multivarié qui est un outil d’analyse de l’efficacité de plusieurs création d’une page web, d’une newsletter, d’un e-mail commercial… à partir des mêmes éléments

le test est dit multivarié lorsque sont testés en même temps différents éléments d’une landing page(page d’accueil, page spécifique: formulaire, page d’un produit A…). Ces éléments sont notamment les boutons d’appel à l’action et autres incentives (leur image ou couleur et leur contenu textuel: valider, commander, s’inscrire…); les images et accroches visuelles (sont-elles en adéquation avec le contenu?); comment sont mis en évidence les réductions (attirent-ils l’oeil du visiteur?); des vidéos existent-elles, comment en créer de façon à en faire une source de conversion…?

Tandis que Le test A/Z est un outil de comparaison entre de multiples versions d’un même élément (page web, e-mail, page produit…)

Il y a aussi les tests de contenus dits tests A/B/N qui permettent de tester plus de deux versions d’une page web (Cinq au maximum), chaque page ayant sa propre URL (Google Analytics et avantages des tests A/B/N).

Des produits complémentaires pour parfaire votre marketing en ligne

Créer des Accroches visuelles efficaces | PlugIn WordPress : créer et insérer vos formulaires pro en quelques clics, développez votre liste de prospects ciblés ! |
Article Rapide | WordPress Formulaire Facile | Livre PDF PRO : Créez vos E-books | Meilleur taux de délivrabilité de vos Emails | Publicité Gratuite Efficace

 


24.4.2014

Optimisation pour le référencement naturel ou SEO et pour bien se positionner dans les SERP

Filed under: actualité seo marketing et business — Mélanie OUEDRAOGO @ 19:23

Optimisation de page web pour le référencement naturel ou SEO : les balises d’en-tête indispensables et comment créer un contenu de qualité pour le positionnement dans les SERP?

Ajouter à vos favoris

Join the conversation




Priority Submit

 

Optimisation de page web pour le référencement naturel ou SEO : les balises d’en-tête indispensables et comment créer un contenu de qualité pour le positionnement dans les SERP?
Avec les moteurs de recherche, les internautes trouvent facilement l’information grâce aux mots ou expressions clefs qu’ils tapent dans la barre de recherche. Ainsi, ils sont 34% à utiliser ces outils pour trouver des sites, blogs qui détiennent les ressources qu’ils veulent ou pour accéder aux boutiques en ligne. C’est donc une source de trafic non négligeable pour les référenceurs. C’est là qu’intervient la notion d’optimisation en référencement naturel, SEO (Search Engine Optimization ou optimisation pour les moteurs de recherche). Cette optimisation passe par l’utilisation de différentes techniques dont l’objectif est d’augmenter la visibilité d’un site web sur les moteurs de recherche et sur le web et qui sont mises en oeuvre on-page (sur chaque page d’un site) ou off-page (le tissage de liens externes). Ces techniques visent l’optimisation des balises TITLE et META de l’en-tête <head> et tout ce que renferme la balise <body> (optimisation on-page). Mais puisqu’il est question de visibilité sur le web, une optimisation off-page est aussi requis.
Comment réussir son SEO on-page et off-page (ce dernier point sera traité dans un prochain article)?

Définitions du SEO on-page et off-page

Le SEO est dit on-page lorsqu’il vise à optimiser le contenu d’une page web pour le référencement naturel sur les moteurs de recherche tels que Google, Bing, Yahoo. Cette optimisation se traduit par l’utilisation de techniques spécifiques: structure du contenu (introduction, titres et suous-titre, l’emploi de mots ou expression clefs, exploitation de la longue traine), les balises META (title, meta description, meta robots) tissage interne (liens à l’intérieur des pages d’un site qui renvoient vers d’autres pages du site de même thématique). Ce maillage interne facilite la navigation des internautes mais aussi le travail des robots d’indexation des moteurs de recherche.

Enfin, vous pouvez utiliser les microdonnées afin de créer des extraits enrichis qui s’afficheront dans les SERP (Google, Bing, Yahoo)

Le SEO est dit off-page lorsqu’il vise par la technique de tissage de liens externes sur des sites tiers, à développer la visibilité du site qui en bénéficie. De plus le site peut aussi bénéficier de linkBaiting. C’est une forme du netLinking et consite à provoquer chez l’internaute une pulsion de partage de contenus dont il prend connaissance. Cette technique incontournable en référencement naturel est un moyen de développer la notoriété d’un site. En effet ces liens externes sont considérés par les moteurs de recherche comme une sorte un signe de la popularité d’un site.
Plus largement, l’optimisation off-page est l’ensemble des actions de propagation des contenus au moyen d’outils de webmarketing de création de liens externes pointant vers votre site (recours au sites de CP, guest blogging, marketing publicitaire vidéos à caractère viral par exemple…).

Quels sont les différents éléments d’optimisation on-page de contenus pour le référencement?

Créer sa liste de prospects rapidement et facilement...

Les balises de l’en-tête de votre page – <HEAD></HEAD> : balises meta et link à renseigner et optimiser

  1. Une balise TITLE – <TITLE>Titre de la page</TITLE>Cette balise html sert à donner un titre à chaque page que vous créez. Ce titre doit traduire, en 70 caractères maximum, le contenu de votre page. Aussi vous devez y inclure les mots-clefs principaux relatifs au contenu en commençant par le plus important (2 à 3) sans que ce soit une énumération de mots-clefs. Si pour une page d’accueil,le title est plus général en ce qu’il doit expliciter l’ensemble du contenu de votre site avec notamment le nom du site (si celui-ci est connu : carrefourinternet > meilleures boutiques du web sur un seul site plus du cash back), celui de chaque page doit être précis afin de gagner en pertinence sur les moteurs de recherche et de mieux cibler ses visiteurs.
    La balise Title est très importante, puisqu’elle s’affiche dans les SERP (pages de résultats des moteurs de recherche). son contenu ne doit donc pas être trop long car il sera tronqué à l’affichage dans les résultats de recherche; ce qui pourra nuire à la pertinence de votre contenu aux yeux des internautes. Enfin vous devez créer un titre unique pour chaque page de votre site sinon il se crée un effet de duplication de pages qui s’oppose à la recherche d’un meilleur positionnement.
  2. Une balise META description – <META name= »description » content= »description de la page » />Cette balise vous permet d’indiquer aux internautes mais aussi aux robots le sujet de votre contenu. C’est un résumé de deux ou trois phrases qui ne doit pas dépasser les 200 caractères, espaces compris. Au delà de ce nombre de caractères, l’affichage de votre meta description sera tronqué. En effet cette description peut servir de snippet aux moteurs de recherche comme Google (mais ce n’est pas systématique Google peut afficher un extrait tiré directement du contenu même, s’il juge cet extrait plus pertinent pour l’internaute compte tenu des mots de recherche de l’utilisateur). Par ailleurs, si votre site est référencé dans le répertoire de sites DMOZ – The Open Directory Project, la description que vous y avez utilisée peut devenir un snippet de votre site dans les résultats de recherche Google. Afin d’optimiser votre capital caractères et de gagner en lisibilité, mieux vaut éviter les caractères spéciaux et majuscules.

    Votre description doit tenir compte des intérêts de l’internaute et non viser seulement l’optimisation pour les moteurs de recherche, sinon vous risquez de créer un trafic non qualifié vers votre site. C’est un moyen de cibler avec justesse son public, ses prospects. Votre description ne doit donc pas utiliser des termes génériques mais des termes précis et ayant trait à votre contenu.

    Mais à chaque page de votre site web sa meta description afin que vos pages ne soient pas assimilées à du duplicate content, jugés spammant par les moteurs de recherche comme Google. Par ailleurs, votre description ne doit pas être une énumération de mots ou expressions clefs mais un résumé de votre contenu qui doit contenir des termes clefs déjà présents dans votre Title et bien sur dans votre contenu textuel.

  3. Une balise META keywords – <META NAME= »Keywords » CONTENT= »référencement naturel, seo debutants « >Cette balise permet d’indiquer les mots-clefs relatifs à votre contenu.

    Dans la préhistoire des moteurs de recherche, la balise meta keywords était prise en compte. Mais l’indication abusive de mots-clefs dans cette balise lui a fait perdre sa pertinence ou son intérêt : renseigner les moteurs de recherche sur les termes clefs d’un contenu qui pouvaient correspondre à des termes de recherche des internautes.

    Les principaux moteurs de recherche ne tiennent plus compte du contenu de cette balise, sauf Yahoo.

  4. Une balise META robots – <META NAME= »Robots » CONTENT= »index, follow, all »>
    Cette balise permet de donner des directives aux moteurs de recherche quant à l’exploration, l’indexation d’une page ou de suivre les liens sur cette page.Ainsi, l’emploi de la valeur noindex et nofollow ensemble indique aux robots des moteurs de recherche de ne pas indexer, ni suivre les liens du contenu (il n’y a donc pas transmission de link juice aux liens sortant ou interne. Mais dans ce cas on peut écricre content= »none » et dans le cas contraire content= »all ».

    D’autres valeurs existent pour l’attribut content » »: noarchive, nosnippet, noodp:
    – La valeur noarchive indique aux robots que vous ne souhaitez pas que votre page soit enregistrée par le moteur de recherche, il n’y aura donc pas de lien vers un cache de votre document. Mais le cache permet d’avoir une page d’un site devenu momentanément inaccessible ou d’avoir une version non actualisée d’une page.
    – La valeur nosnippet indique aux moteurs de ne pas afficher le contenu de la balise META description ou d’extrait directement tiré du contenu textuel de la page.
    – La valeur noodp indique aux moteurs de recherche de ne pas afficher le titre et la description que vous avez utilisé pour référencer votre site sur l’Open Directory DMOZ

  5. Une balise LINK et l’attribut rel=canonical – <link rel= »canonical » href= »http://work-from-home-marketing-online.com/ » />Cette balise permet d’indiquer aux robots des moteurs de recherche quelle est votre URL préférée pour une page, lorsque celle-ci est accessible depuis plusieurs URL. Par cette technique vous ne dispersez pas la popularité de votre page dont les URL d’accès sont en quelque sorte en conflit: toutes ne pouvant pas s’afficher, laquelle va s’afficher dans les SERP? D’où si vous ne choisissez pas vous même votre URL canonique, c’est le moteur de recherche qui le fera à votre place.

    La multiplication d’URL pour un même contenu s’apparente à la notion de contenu dupliqué, ce qui rend difficile le positionnement de telles pages en première page des SERP (Google, Bing, Yahoo). Il est donc indispensable de determier l’URl canonique pour chaque page bénéficiant de plusieurs URL et de les inclure dans votre fichier sitemap.

    Il est par ailleurs possible d’indiquer que des paramètres d’URL doivent être ignorés afin de supprimer l’effet de duplication dans l’index des moteurs de recherche. Ainsi Google considérera comme étant identiques ces deux URL :
    http://www.mon-site.com/vestes/rouge.htm?sessionid=24578 et http://www.example.com/vestes/rouge.htm. Pour les sites web dynamiques (construites par exemple en langage PHP qui permet le passage de paramètres en URL comme les identifiants de sessions, d’affiliés…), Il est possible de gommer l’effet de multiplication des pages en indiquant quels paramètres ignorer à Google avec l’outil de gestion des paramètres d’URL dans Google Webmaster Tools. Enfin l’url canonique peut être spécifiée dans l’en-tête HTTP. Ainsi, pour un fichier accessible depuis plusieurs chemins, on peut en choisir un:

    <Link: <http://www.mon-site.com/cathegorie/produit-maison.pdf>; rel= »canonical »>.
    Le fichier .htaccess peut aussi être utilisé.

Le contenu – <body></body>: comment l’optimiser pour le positionnement dans les SERP

  1. Le titre et ses sous titres – <H1></H1><H2></H2>, …. <H6></H6>Les balises de titres du contenu marquent le début de chaque partie d’un document. ces balises vont de H1 à H6 par ordre décroissant et aident à hiérarchiser son document. Dans ce sens il ne faut pas mélanger les niveaux de titres: H1 > H2 > H3 …. > H6. Mais H1 est utilisé comme titre de l’ensemble de votre contenu et dans ce sens on doit y retrouver les principaux mots-clefs de l’ensemble du contenu.
    Ce sont des résumés – une phrase – pour le lecteur mais aussi pour les robots des moteurs de recherche. Ces titres doivent être optimisés afin d’éclairer le lecteur mais aussi informer les robots de ce qui va suivre. Ils doivent donc contenir des mots ou expressions clefs du contenu.
  2. Optimisation du contenu et mots-clefsLe maître mot est la qualité. Votre contenu doit absolument apporter l’information que l’internaute recherche. Afin de retenir vos visiteurs, votre contenu doit être écrit simplement sans utiliser de mots savants, à moins de les définir. En effet vos lecteurs, dans le cas d’un blog par exemple, peuvent être des débutants dans le même domaine d’activité que vous ou des professionnels. Sauf si vous ne vous adressez qu’à des professionnels.
    Pour ce qui est de l’optimisation pour les moteurs de recherche, il découle de votre écriture. Plutôt que de chercher à placer tant de fois vos mots-clefs stratégique il peut être plus profitable aussi de ne pas oublier la longue traine et d’utiliser des synonymes, d’ajouter des expressions ou mots à vos mots-clefs principaux. Ainsi selon Matt CUTTS (responsable de l’Equipe Anti Spam de Google) la notion de densité de mots-clefs (nombre de mots clefs du contenu/nombre total de mots de votre contenu) n’est pas à privilégier par rapport à la recherche de qualité de concordance avec les guidelines de Google.
    Mais vos mots ou expressions clefs doivent être précis plutôt que générique. en effet les termes génériques (marketing, référencement, boutique en ligne…) sont déjà sur utilisés et ne sont plus des termes sur lesquels ont peut se positionner à moins que le site n’ai déjà une existence et une notoriété établie.
    S’il faut des mots-clefs pour que l’utilisateur puisse savoir le sujet de votre contenu et les moteurs de savoir si votre contenu répond aux requêtes des internautes; ces mots doivent apparaître obligatoirement à certains niveaux de votre contenu: Le/les titre(s) Hi, dans votre paragraphe d’introduction,
  3. Mise en évidences de mots ou d’expressions clefs – balises: <i></i></i>, <em></em>, <b></b>,<strong></strong>
    Vous pouvez mettre en évidence certaines expressions clefs mais sans exagérer!
  4. Maillage interne, mots-clefs et optimisation des ancres
    L’optmisation d’un site web pour les moteurs de recherche implique une optimisation on-site qui se traduit par la constitution d’un maillage interne au fur et à mesure que le site grandit. Qu’est-ce que le maillage interne? C’est le fait de tisser ou créer des liens dans les pages d’un site vers d’autres pages du même site. Mais il ne s’agit pas seulement de créer des liens encore faut-il qu’ils donnent une information à vos visiteurs. c’est là qu’intervient l’utilisation des mots-clefs et la notion d’optimisation des ancres de ces liens. L’ancre étant le texte cliquable.
    Comment réaliser un maillage interne pertinent pour bien guider l’internaute dans sa navigation et pour les robots des moteurs de recherche?
    Dans un premier temps vous devez selectionner sur votre site les contenus similaiires ou complémentaires au contenu en cours de création. Dans un second temps, vous allez créer chaque lien en utilisant les mots-clefs principaux de la page de destination du lien. Mais en multipliant un lien vers une même page, vous devrez recourir à des synonymes et expressions définissant bien vos mots-clefs déjà utilisés, comme dans le cas de création de liens externes – backLinks. afin de paraître le plus naturel possible dans le choix de vos textes de liens.
    Mais sachant que les moteurs Google et Bing prennent en compte seulement le premier des liens rencontré sur une page et pointant vers le même contenu, il est indispensable d’y placer les mots-clefs de la page de destination et de ne pas utiliser des mots comme: cliquez ici, lire la suite… afin pour gagner en pertinence.
    Si des liens de maillage interne se traduit par des liens à l’intérieur du contenu, les termes les suivant et les précédant doivent porter sur le même sujet. Ce qui augmentera la pertinence du lien. et il va sans dire que la page de destination doit avoir un contenu correspondant aux termes clefs de l’ancre. Enfin ce types de liens lorsqu’ils sont pertinents optimisent mieux votre site pour le référencement naturel que les liens ajoutés dans les menus latéraux.
  5. Position des liens dans la page et link juice
    Les backLinks sont un moyen de booster son positionnement grâce aux link juice que donne la page qui reçoit votre lien. Il en est de même dans le cas du maillage interne. La page sur laquelle se trouve des liens internes va partager sa popularité (page rank) avec les autres pages vers lesquelles pointent les liens. Pour que cela fonctionne bien, il est indispensable que ces liens internes se situent dans le conntenu texte de votre page. Quant aux liens en footer ou dans les menus latéraux, ils ne sont pas comptés par les moteurs de recherche comme des liens de positionnement. Enfin si sur une même page plusieurs liens pointent vers le même contenu, seul le premier est pris en compte.
  6. Optimisation des images – <img src= »images/optimisation-referencement.gif » width= »  » height= »  » border= »0″ alt= »courte desscription de l’image »>
    En dehors du fait que vos images doivent être optimisées par le choix du format, vous devez rendre votre image lisible pour les moteurs de recherche.
    L’optimisation de l’image passe par le choix du format : le format JPG ou JEPG (Joint Photographic Experts Group) est utilisé pour des graphiques complexes ou des images de très haute qualité ; le format png (Portable Network Graphics) est conseillé pour les graphiques, icônes, les textes en images et enfin le format gif permet de créer des animations en 256 couleurs maximum.
    Les images ont un poids qui peut nuire à la rapidité d’affichage d’un site or les différents formats n’ont pas la même taux de compression: ainsi, celui du PNG peut être de 25 % supérieur à celui du GIF, vous devez donc trouver le juste compromis:
    – La compression d’une image au format JPG peut entrainer une perte de qualité qui va de 0% à 99%
    – La compression d’une image au format PNG se fait sans perte
    – La compression d’une image au format GIF bénéficie d’un algorithme de compression sans perte.Il existe plusieurs logiciels gratuits de compression d’image comme The Jpeg Wizard, Light Image Resizer, The JPEG Wizard, PngOptimizer… Il en existe aussi des payantes comme Pixillion – Logiciel convertisseur d’images…
  7. Optimisation de l’URL de la pageUne fois votre contenu optimisé pour le référencement, il ne vous reste plus qu’à faire en sorte que vos mots-clefs figurent dans l’URL de votre page. Pour les blogs, en principe le contenu du titre du contenu est reprise dans l’url. Il est donc indispensable d’avoir un titre qui comporte les principaux mots-clefs de votre contenu, en commençant par l’expression la plus importante. Et afin d’optimiser votre URL:
      1. Evitez l’emploi d’articles (le, la, les…) et de caractères spéciaux ou des lettres en majuscules.
      1. Utilisez le tiret comme séparateur de mots. Les caractères « / » ou « | » sonnt admis. Mais le caractère underScore n’est pas compris par les moteurs de recherche comme un séparateur de mots, alors autant ne pas l’utiliser.
      1. Optez pour des URL courts afin qu’ils ne soient pas tronqués à l’affichage (perte de visibilité de vos mots-clefs, d’où aussi l’intérêt d’éviter les articles qui diminuent votre quota de caractères utiles – 80 en moyenne chez Google, 92 chez Bing et 72 chez Yahoo) au delà de ce nombre votre URL ne sra pas affiché en entier sur les plateformes où les URL sont affiché tel quel (sans être raccourcis ou remplacsé par du texte comme le title, le nom et prénom sur des blogs ou par un url raccourci: Twitter, Google+…)
      1. Afin d’annuler l’effet de duplication de contenu du fait que votre page sera accessible via plusieurs URL, vous devrez indiquer laquelle a votre préférence à l’aide de la balise rel= canonical :
        <link rel= »canonical » href= »http://www.mon-site.com/seo/debutants » /> à placer dans la partie head de votre page.
  8. La vitesse de chargement de la pageUn site web lent fait fuir ses visiteurs – fort taux de rebond. par ailleurs la vitesse de chargement d’une page web est prise en compte par les moteurs de recherche – Google. Des outils comme les extensions PageSpeed de Google (vous avez aussi la version en ligne : PageSpeed Insight ou YSlow de Yahoo à installer sur votre navigateur Firefox ou Chrome vous indiquent la qualité d’affichage de vos pages et donc celles dont la rapidité d’affichage est à améliorer mais vous aurez aussi avec ses extensions des suggestions d’optimisation de vos pages (codage HTML, CSS, JavaScript…)
    Mais d’une manière générale vous pouvez utiliser le cache des moteurs de recherche grâce au fichier .htaccess pour indiquer, aux robots des moteurs de recherche, une date d’expiration de votre page assez éloignée dans le temps(Mois, Année…) si votre contenu n’est pas modifié régulièrement et à dates rapprochées (chauqe jour).
    Comme ceci par exemple:

    <FilesMatch « \.(html|htm|php|flv|gif|jpg|jpeg|png|ico|swft)$ »>

    Header set Cache-Control « max-age=2592000 » // durée: 1 Mois en secondes
    </FilesMatch>

     

    NeedMoreHits.com Professional Search Engine Submission

  9. Lien sortant – en follow ou nofollowOn entant par lien sortant ou externe tout lien pointant vers une ressource externe au site sur lequel il figure. C’est une porte de sortie vers un autre site susceptible d’apporter une information complémentaire ou similaire. Il ne faut donc pas les multiplier mais les choisir avec soin afin que votre site ne soit pas considéré comme un annuaire ou une ferme de liens. Ainsi vos liens sortants devront conduire vers des contenus de même catégorie que votre site (ou similaires ou encore connexes) et qui soient de qualité.

    Les liens sortants sont un moyen de renforcer votre expertise dans un domaine. Dans ce sens ils ne font donc pas fuir vos visiteurs (qualifiés que vous ciblez par vos actions en référencemennt naturel, en marketing (publicité, e-mailing, réseaux sociaux…

    <a href= »www.mon-site.com » rel= »nofollow »>mon-site.com</a>

    <a href= »www.mon-site.com » rel= »follow »>mon-site.com</a>
    Follow et nofollow sont deux valeurs opposées de l’attribut rel de la balise <a href= » »></a>. Tandis que la valeur follow indique aux robots des moteurs de recherche de suivre et de partager la popularité de la page sur laquelle se trouve le lien avec la page de destination du lien; la valeur nofollow indique aux moteurs de recherche de ne ni suivre, ni partager la popularité de la page contenant le lien externe avec la page vers laquelle il pointe.

    En effet pour positionner votre site, Google, Bing, yahoo tiennent compte des liens entrants ie ceux pointant vers votre site mais aussi de la qualité des sites où se trouvent vos backLinks. Avant nofollow il était donc tentant de multiplier ses BL (blackLinks) et de recevoir systématiquement du link Juice (jus de référencement par allusion au PR) d’autres pages de sites. Ainsi, à l’origine, les moteurs de recherche voulaient avec le nofollow lutter contre le spam (faux commentaires sur les blogs, forums dans le but d’y laisser un lien), ensuite contre l’achat de liens en follow (Google indique dans ce sens que les articles sponsorisés, dont les liens sont payants, doivent avoir leurs liens sortants en nofollow).

    Grâce à la valeur nofollow, il est aussi possible de contrôler le partage du PR d’une page avec d’autres pages d’un même site. C’est le PR sculting. Par cette technique vous pouvez après avoir mis en évidences les pages importantes de votre site et celles sans intérêt d’un point de vue positionnement ou SEO, redistribuer le PR de pages importantes vers d’autres aussi importantes. Les pages visant par exemple à améliorer l’expérience utilisateur, ie utile à l’utilisateur et non aux spiders des moteurs, seront en nofollow (imprimer la recette, mentions légales…). Cependant avec l’évolution de l’algorithme de Google, le PR distribué tient compte maintenant de tous les types de liens de la page (pour 10 liens d’une page dont 5 en nofollow, chaque lien en follow reçoit 1/10 de PR et non plus 1/5).
    SEO for firefox ou SearchStatus deux extensions au navigateur firefox mettra en évidence vos liens et la valeur de leur attribut rel et plus!

    Enfin, s’agissant de l’optimisation des liens, il est indispensable que les ancres de vos liens comportent les mots-clefs des contenus
    interne ou externe à votre site afin de mieux guider vos visiteurs et les robots des moteurs. Mais vous devrez aussi employer des synonymes, des phrases comme ancres de liens afin de ne pas trop optimiser vos pages, mais au contraire vous cibler plus grâce à la longue traine pour convertir plus souvent vos visiteurs en clients, quand les liens sont en follow ou sans indication spécifique. Maintenant, si le nofollow est employé pour un lien, est-il nécessaire de l’optimiser? Pour l’internaute, des termes clefs, des synonymes ou des phrases explicites peuvent toujours être utilisés; pour les spiders, les liens n’étant pas suivis pour indexation et ne bénéficiant pas de distribution de PR, l’optimisation de tels liens est caduque.

Mais il faut savoir que le référencement c’est un ensemble d’actions qui peuvent être subdivisées en plusieurs étapes à ne pas négliger:

Les différentes étapes indispensables pour réussir un référencement naturel

Avant de commercer toute action de référencement, il faut avoir au préalable un idée chiffrée du trafic qualifié que vous voulez drainer vers votre site. Quantifiez. Votre activité est-elle très spécialisée ou bien s’adresse-t-elle à tous?

Vos contenus doivent respecter les guidelines des moteurs derecherche (Google, Bing, Yahoo…) et vous devez mettre en place une stratégie pour développer votre notoriété auprès des internautes. Allez-vous opter pour un référencement naturel ou payant ou utiliser ces deux formes de manière complémentaire? Allez-vous faire du marketing via la publicité hors moteurs de recherche (diffuser vos bannières sur des sites tiers, en RTB…?). Allez-vous développer une présence active sur les réseaux sociaux (Google+ pour optimiser votre positionnement sur Google, Facebook, Twitter pour générer du trafic vers votre site…)?

Enfin, en fonction de votre activité, vous devrez identifier la concurrence et déterminier vos mots-clefs et non des termes génériques ou trop concurrentiels. Optimiser vos contenus en conséquence dans un objectif qui doit être clair: créer un trafic ciblé vers votre site pour de meilleurs taux de conversion!

Comment gagner en visibilité? Vous allez travailler à la diffusion de vos URL sur le web: sur d’autres sites de qualité au moins égale à celle de votre site. C’est le NetLinking plus précisement le backlinking (liens entrants backlinks ou inlinks). Le tissage de liens externes est un travail qui implique un investissement en temps d’ou aussi la nécessité de privilégier la création de liens de qualité, plutôt que de créer tout azimut des liens externes sans faire de sélection quand à la qualité ou à la thématique des sites qui reçoivent vos liens. Ainsi par exemple, vos commentaires sur des blogs traitant des mêmes sujets que vous doivent être pertinents et donner envie aux lecteurs de cliquer sur votre liens pour découvrir votre site, blog, vos produits.. Le maillage interne n’est pas à négliger et doit faciliter la lecture de votre site par les internautes et par les robots des moteurs pour une meilleure indexation.
Enfin votre travail doit être mesuré à des fins d’analyse grâces aux outils de statistiques, afin que vous puissiez apporter des correctifs s’il y a lieu.

Comment apréhendez-vous votre travail d’optimisation de vos contenus? Mettez-vous l’expérience utilisateur au centre de vos création de contenus web ou bien les robots d’indexation?

Amicalement,

Mélanie

Des logiciels et servces en ligne de référencement professionnel, Des outils SEO pour vous donner de la visibilité en ligne

 


 

1.4.2014

Stratégie longue traine vs stratégie blockbuster

Filed under: actualité seo marketing et business — Mélanie OUEDRAOGO @ 19:46

Stratégie de vente en e-commerce et optimisation en référencement naturel (SEO) de la longue traîne versus stratégie du BlockBuster

Ajouter à vos favoris

Join the conversation



Accueil w-f-h-m-o | Veille – Actualité marketing, business et SEO | Stratégie longue traîne versus stratégie du BlockBuster

Stratégie de vente en e-commerce et optimisation en référencement naturel (SEO) de la longue traîne versus stratégie du BlockBuster
Les sites de e-commerce offrent à leurs visiteurs des produits dont certains se vendent très bien et d’autres que très peu mais ces derniers représentent des milliers d’articles. Leur CA est-il conséquent, faut-il continuer avec ce modèle économique ou ne vendre que ce qui est très demandé: c’est la stratégie de la longue traîne versus la stratégie du BlockBuster. Si la première est retenue, comment en référencement naturel optimiser les pages produits afin que les acheteurs, peu nombreux trouvent leurs produits?

Longue traine comme stratégie de vente en e-commerce, kesako?

Chris Anderson (journaliste, auteur, rédacteur en chef de Wired Magazine en 2006) a publié un ouvrage – La Longue Traîne, quand vendre plus, c’est vendre moins – dans lequel il se base sur le marché des produits culturels pour développer l’idée selon laquelle grâce à l’internet, les marchands en ligne allaient pouvoir vendre plus de produits dont la demande est limitée ou faible mais existante ou non encore exprimée (livres anciens, DVD et CD de musique qui ne font pas parti des top 10 des ventes, produits de seconde main…) parallèlement à leurs ventes de best sellers. Ce que les magasins physiques ne peuvent proposer.

Cette stratégie de la longue traine à conduit les référenceurs à chercher comment optimiser les pages des produits qui ne font pas parti des meilleurs ventes afin que de tels offres rencontre vite la demande. Ainsi, en référencement naturel la longue traîne – long tail en anglais est une terminologie employée afin de désigner l’optimisation SEO pour atteindre des niches de marché très précis et qui attirent un nombre limité de personnes. la longue traine se traduit en référencement par l’utilisation d’expressions clefs. Comme les besoins des internautes évoluent, les possibilités qui en résultent en terme de long tail augmentent. Ainsi, c’est jusqu’à 25% des requêtes qui sont nouvelles et donc inconnues des moteurs de recherche. Et pourtant, cette longue traine peut générer jusqu’à 80% du CA d’un site e-commerce, les 20% revenant aux produits phares du site (Amazon, PriceMinister, Netfix: service d’offre de vidéos à la demande en ligne)
La longue traine est un moyen efficace de développer sa clientèle car elle permet de cibler exactement le type de client recherchés par un ensemble de mots-clefs en terme de référencement naturel.

Chris Anderson voit donc la longue traine comme le courant dominant du e-commerce puisqu’elle permet de gagner beaucoup plus que si seuls les meilleurs produits, ceux plébisité par le public ou les médias étaient vendus. En effet la somme des ventes de produits non plébiscité et en petites quantités dépasse celle des « meilleurs » produits.

Selon Chris Anderson, avec la croissance de l’internet, la vente des produits culturels se décompose en deux partie: la tête ou head en anglais et la traine – trail en anglais. Cette dernière allait prendre de l’importance et rapporter bien plus que le head, s’étirer à l’infini, Autrement dit en autant de niches qui puissent exister (aux livres grand public à succès viendront s’ajouter des livres spécialisés qui n’intéresseront pas tous mais auront leurs acheteurs…). Cette stratégie pouvant s’appliquer dans bien de secteurs marchands.

Mais une telle croissance de la longue traine nuit-t-elle à la tête (CA généré par quelques produits phares ou grand public) en terme de croissance?
Autrement dit la part du CA que représente de tels produits peut-il-diminuer? A priori non, puisque le trail porte sur des offres spécifiques qui ne rencontrent qu’un public limité.

Et la stratégie du BlockBuster sème la zizanie!

Blockbuster (en anglais, littéralement – qui fait exploser le quartier) était à l’origine un terme du jargon théâtral américain qui qualifiait une pièce remportant un succès important. Un blockbuster serait donc une pièce qui mènerait tous les autres théâtres du voisinage à la banqueroute. Le terme blockbuster a probablement été tiré du vocabulaire militaire : blockbuster étant le nom de la plus puissante bombe utilisée par l’armée anglaise et américaine durant la Seconde Guerre mondiale. Le terme blockbuster est réutilisé au cinéma pour qualifier les films à gros budgets et à gros revenus, ce sont des productions exceptionnelles sur le plan financier, matériel et humain – Wikipedia

Faire exploser son chiffre d’affaires avec quelques produits exceptionnels, est-il plus rentable que d’avoir une offre multiproduits afin de toucher des cibles spécifiques avec bien évidemment des produits phares?

Formation gratuite créer et vendre son produit d'information

Que dit cette stratégie du Blockbuster avancée par Anita Elberse(Professeure d’économie à Harvard) dans son livre intitulé Blockbusters? Le terme est parlant. Selon cette économiste, c’est le Head qui reste la principale source de profit. Selon elle, the winner take all dynamic ie que tout le gateau lui revient et plus que le gateau toute la stratégie de croissance de l’entreprise sera tournée vers ce type de produit (entre deux entreprises concurrentes, la stratégie du BlockBuster fonctionne sûrement, mais au sein d’une même entreprise ne devrait-on pas avoir une autre vision que de risquer d’étouffer la créativité?.

Ainsi selon Anita Elberse, dans le cas des productions hoywoodiennes, celles qui visent le grand public et qui ne lésinent pas en terme d’investissement seront les seuls gagnants, les niches devenant insignifiants en terme de CA. Mais n’est-ce pas une stratégie qui oublie un peu vite des millions de spectateurs potentiels? Mais est-ce vraiment ainsi que cela se passe sur le marché du cinéma? Si on considère le cas de Walt Disney Company qui réalise des productions cinématographiques (films d’animation, films), télévisuelles (Desperate Housewives, Alias…), théatrales, jeux vidéos, est aussi dans le secteur du tourisme avec des parcs d’attraction (Disneyland…), et disposent d’autres filiales comme Disney Media Networks Télévision et câble, de médias papier: magazines, journaux… il s’agit bien de diversification pour un CA de $45,0 milliards et un résultat net de $10,7 milliards en 2013, ces deux grandeurs étant en augmentation. la stratégie Blockbuster ne semble pas les inspirer! Il y a certe des investissement colossaux dans des films mais le trail de « petits » films, series TV… se développent, sans oublier les produits dérivés. Voyez l’explosion des séries TV ces dernières années. Ce que rapporte les films du box office est colossal mais on ne peut pas nier les bénéfices engrangés par la longue traine.

La télévision a été par ailleurs une niche de marché pour le cinéma avant de devenir un marché à part entière pour ce qui est des séries, d’émissions produites par des sociétés spécialisées…, mais reste une niche pour le cinéma (films).
Si on prend le cas de la Warner Bros l’une des plus grandes sociétés de production et de distribution pour le cinéma et la télévision, elle a aussi une offre diversifiée qui ne vise pas le même public (les jeunes, la famille). La question n’est pas tant ce qu’ils investissent mais le produit final est destiné à qui? A un large public, à un public précis (enfants, jeunes)? Et la richesse créée par les produits dérivés répondent à un besoin (fans) ou est un besoin crée qui correspond à une demande limité: c’est une forme de longue traine née d’un film à succès qui rapporte des revenus supplémentaires non négligeables, d’où aussi le développement de cette niche qui devient comparable à un marché. Le marché culturel trouve= donc à gagner par la diversification de son offre.

Disposer de moyens financiers importants pour produire un film permet d’avoir les meilleurs professionnels à ses côtés et c’est à priori un gage de succès. mais dans le même temps, ces entreprises vont produire des films à succès suivant un modèle de succès et grâce à des coups marketing se positionner au box office et oublier d’être créatives, et donc le bénéfice du long tail, pas seulement pour l’entreprise mais aussi pour les individus en quête de produits culturels variés. Ce qui est risqué. Mais prennent-ils vraiment des risques avec leurs super productions de nos jours (les ingrédients du succès sont connus, modélisés et ils les dupliquent). La stratégie du courant dominant – BlockBuster donne lieu à de choix de production ou le risque est reduit au maximum ce faisant, tout ce qui est créatif ou différent des normes du succès, donc risqué est mis aux oubliettes.
Formation gratuite créer et vendre son produit d'information

L’optimisation SEO de la longue traine

Internet offre la possibilité de faire de la longue traine une réalité. Beaucoup de grandes entreprises du web pratiquent cette stratégie et ça marche. Même si la tendance est d’avoir dans son offre, en premier plan, les produits plébiscités par les internautes, le public ou les médias. une stratégie « Blockbuster » qui admet la valeur de la longue traine.

Un site de e-commerce peut disposer de produits dont certains seront les plus vendus tandis que des milliers d’autres ne seront vendus chacun qu’en faible quantité. Mais nous avons vu que la somme des ventes de ces milliers d’articles en petit nombre correspond à 80% du chiffre d’affaires du site. Il ne faut donc pas les négliger en matière de référencement. C’est le référencement de la traine ie de toutes vos pages produits générants peu de ventes. Il vous faut donc trouver les expressions clefs qui caractérisent chaque produits en 4, 5 mots et plus afin de cibler le plus exactement possible vos visiteurs. Cette technique fait appel à la notion d’expressions clefs ciblant des niches de marchés. Ce qui exclu l’emploi de termes génériques déjà fortement employés comme mots-clefs (marketing, référencement, chaussures, robes, pantalons…). Ce qui augmente fortement la probabilité qu’une fois sur votre site, les visiteurs achètent le dit produit. Ce que ne permet pas un référencement par mots-clefs génériques avec & à 3 mots (déjà trop utilisés, ce qui rend difficile de bien se positionnemer sur ces termes dans les SEPR). Dans ce cas les visiteurs seront nombreux mais peu ou pas ciblés donc peu achèteront. Le ROI ou retour sur investissement dans ce cas est quasi nul(le coût du référencement naturel pouvant même être plus important que le chiffre d’affaires généré par cet investissement : autrement dit le trafic obtenu n’a pas abouti à des ventes de produits longue traine : 100€ investis ont rapporté 5€). Si les mêmes termes génériques sont employés pour le marketing publicitaire, le ROI sera également quasi nul pour ces produits spécifiques.

Donc, qui dit diversité de l’offre dit aussi optimisation SEO on-site et off-site ou on-page et off-page puisque chaque page publiée doit être optimisée pour le référencement naturel, sans oublier que le contenu doit être pertinent aux yeux du consommateur (description exacte, vidéo dedémonstration, avis de comsommateurs, des boutons de partage sur les réseaux sociaux…). En référencement, la longue traine est une technique d’optimisation de la recherche de trafic ciblé pour garantir de forts taux de conversion des visiteurs d’un site web.

La longue traine en SEO : lire l’article ICI

Optimisez-vous vos pages produits en faisant attention à la traine pour que vos produits les moins vendus rencontrent la demande de manière ciblée?

Des produits complémentaires pour réussir vos activités en ligne

boutique en ligne: habillement, maison, high tech...

 


Powered by WordPress